Actualités cinéma, DVD, séries TV à partager entre Mordus...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Philip José Farmer (1918 - 2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 31
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Philip José Farmer (1918 - 2009)   Sam 1 Juin - 15:05


Philip José Farmer
(1918 - 2009)

wikipédia a écrit:
Philip José Farmer (26 janvier 1918 - 25 février 2009) est un écrivain américain, connu pour ses romans et nouvelles de science-fiction et fantastique. Il a inventé le concept de Wold Newton*.
Une grosse partie de son œuvre s'intéresse à la réinterprétation de personnages historiques ou romanesques. Par exemple, The Other Log of Phileas Fogg, qui remplit les trous du calendrier dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne ; sa série de romans Le Fleuve de l'éternité (Riverworld) suit les aventures de Richard Francis Burton, Cyrano de Bergerac, Jean sans Terre, Hermann Göring et Samuel Clemens, le long d'un fleuve infini, où l'on a mystérieusement ressuscité toute l'humanité ayant vécu.
Il fit rentrer dans le monde réel le personnage de Kilgore Trout, créé par Kurt Vonnegut en publiant sous ce pseudonyme le roman Le Privé du cosmos.

Né en 1918 dans l'Indiana, Philip José Farmer, est l'un des grands écrivains américains de l'Âge d'Or de la science-fiction. Avec trois prix Hugo (Les Amants étrangers -1953-, Les Cavaliers du Fiel ou le Grand Gavage -1968-, Le Fleuve de l'éternité -1972), il est reconnu pour son audace, son imagination débordante et son absence de tabous littéraires. Il est, en effet, le premier écrivain à avoir introduit l'érotisme dans la science-fiction, jusque-là très pudibonde, dès son premier roman, Les Amants étrangers.
De fait, Farmer a rapidement révélé un caractère novateur dans sa façon de traiter les grands thèmes du genre. Dans les années 1950-60, alors que la plupart des héros de science-fiction sont bons, sûrs d'eux et des valeurs qu'ils défendent, les héros farmeriens, tout en étant athlétiques et héroïques, sont beaucoup moins "purs" : ils se posent des questions sur le bien fondé de leurs actions, se révèlent curieux de comprendre le fonctionnement des sociétés exotiques qu'ils observent, s'initient au langage et aux coutumes des peuplades qu'ils rencontrent… Mais surtout, ils ne sont pas exempts de défauts, ce qui leur confère un charme tout particulier. Souvent, ils ont eu accès à une forme d'immortalité, ce qui, avec les métabolismes étranges, l'érotisme et la religion, constitue l'un des thèmes fétiches de Farmer, qui reviennent tout au long de son œuvre. Cependant, Farmer n'est pas un précurseur dans les thèmes abordés précédemment puisque des auteurs comme Vance par exemple ont abordé ces sujets bien avant lui.
Il apparaît souvent lui-même dans ses propres romans sous forme d'un personnage portant les mêmes initiales que lui (Peter Jairus Frigate, écrivain de science-fiction, dans Le monde du fleuve, Paul Janus Finnegan, originaire d'Indiana, alias Kickaha, dans La Saga des Hommes-Dieux). Il revisite aussi avec ironie et brio les mythes littéraires existants, comme celui de Tarzan (La Jungle nue ou Le Seigneur des arbres).
Il est décédé le 25 février 2009 à l'âge de 91 ans chez lui, à Peoria dans l'Illinois.

*
wikipédia a écrit:
Wold Newton est un principe littéraire développé par l'auteur de science-fiction Philip José Farmer. Dans les pseudo-biographies de deux personnages de fiction (Tarzan vous salue bien and Doc Savage : His Apocalyptic Life), Farmer imagine que la météorite qui est tombée à Wold Newton en Angleterre le 13 décembre 1795 était radioactive et a provoqué la mutation génétique des occupants d'une diligence qui passait à proximité. Les descendants de ces passagers sont des personnages aux talents exceptionnels, dont les aventures ont été par la suite romancées tels que Sherlock Holmes, Tarzan, Doc Savage, Lord Peter Wimsey ou Fu Manchu.
La première œuvre de fiction pouvant s'apparenter à Wold Newton est la biographie fictive de Sherlock Holmes écrite par William S. Baring-Gould : Moi, Sherlock Holmes.
Wold Newton s'appuie sur le concept de krypto-révisionnisme, avatar moderne de l'évhémérisme : les personnages littéraires sont considérés comme les versions fictives de personnes ayant réellement existé. Les évènements jugés trop improbables sont considérés comme des créations des auteurs ayant rapporté leurs aventures.
Dans un registre proche de Wold Newton, Alan Moore a réuni plusieurs personnages de littérature populaire dans la bande dessinée La Ligue des gentlemen extraordinaires dont a été tiré en 2003 le film du même nom mis en scène par Stephen Norrington, avec Sean Connery dans le rôle principal. Dans le même ordre d'idées, la bande dessinée de Warren Ellis Planetary mêle dans un même univers des super-héros et des personnages littéraires ou cinématographiques.







_________________
:mighty:
Revenir en haut Aller en bas
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 31
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: Philip José Farmer (1918 - 2009)   Sam 1 Juin - 15:11

Mighty-Forest a écrit:


Le Faiseur d'Univers ( Philip José Farmer – 1965)

Le Faiseur d'Univers est le premier des sept tomes de la Saga des Hommes-Dieux, rédigée par Philip José Farmer entre 1965 et 1993.
On y suit Robert Wolff, un retraité découvrant un jour une corne qui, si on joue le bon air au bon endroit, devient la clef d'un nouvel univers...

Plutôt orienté Fantasy, Le Faiseur d'Univers évite les clichés habituels du genre et nous propose un monde très original, construit comme une tour de Babel à l'échelle d'un univers, gouverné par un mystérieux « Homme-Dieu » et arpenté par des créatures et des peuplades diverses et variées.
Et quand je dis « diverses et variées », ça va du rhinocéros alcoolique bipède au chevalier teutonique en guerre contre les Yidshes et arborant un majeur dressé en guise de bannière, en passant par les réincarnations de héros de la guerre de Troie.
Oui, quand même...
Bref, c'est totalement dépaysant, très rythmé, bourré de personnages hauts en couleur et c'est finalement très proche du Multivers de Michael Moocock, à un tel point que j'aurais été à peine étonné de voir débarquer Elric, Corum ou Ulrich Von Beck.
Toutefois, malgré les rebondissements, la trame reste très linéaire et j'ai eu l'impression que l'auteur lançait un D20 de rencontre aléatoire toutes les dix pages afin de faire progresser son intrigue. Si ça reste en général plutôt plaisant à lire, il faut bien avouer que certains passages sont tout de même assez laborieux (le combat contre les centaures, par exemple).

Malgré ses défauts, Le Faiseur d'Univers est un livre fun et attachant, au rythme effréné et nous plongeant au sein d'un univers complètement imprévisible.
J'ai bien envie de me choper les suites, du coup :).


Mighty-Forest a écrit:

La Saga des Hommes Dieux, Tome 1 (Philip José Farmer)
784 pages (Grand Format)
avec:
  • Le Faiseur d'univers (1965)
  • Les Portes de la création (1966)
  • Cosmos privé (1968)
  • Les Murs de la Terre (1970)


Le premier tome, lu un peu plus tôt cette année, m'avait donné bien envie de découvrir la suite de la saga des Faiseurs d'Univers, voilà chose -en partie- faite avec cet omnibus réunissant les quatre premiers volets.


Le Faiseur d'univers (1965)
Pas relu.



Les Portes de la Création (1966)
Suite directe du premier volet, Les Portes de la Création met en scène Jadawin qui, suite à l'enlèvement de Chryséis, se retrouve coincé sur un monde aquatique entouré de nombre de ses sœurs, frères et cousins...
Les Portes de la Création nous offre de la grosse aventure gros billesque ultra rythmée, inventive, bourrée d'imagination et de rebondissements. On ne sait jamais ce que la page suivante nous réserve et le tout se dévore à vitesse grand V.
J'y retrouve vraiment tout ce que j'aimais quand, ado, je dévorais les romans de Michael Moorcok.
C'était bien :).


Cosmos Privé (1968)
Le troisième volet se déroule plus ou moins en même temps que Les Portes de la Création, Kickaha, AKA Paul Janus Finnegan, avatar de Philip José Farmer, occupant cette fois-ci le rôle de personnage principal.
Tout comme le volet précédent, ce roman nous propose de l'aventure bourrine allant dans tous les sens, fun et divertissante, avec son lot de séquences totalement barrées et « over the top ».
Tous les défauts du premier tome sont définitivement corrigés et on plonge avec plaisir dans les univers de Philip José Farmer.
Je rêverais d'en voir une adaptation cinéma, ne serait-ce que pour la course poursuite au milieu du troupeau de bison, véritable morceau de bravoure complètement frappadingue.
UL-TI-ME !


Les Murs de la terre (1970)
Ce quatrième opus voit Kickaha retourner sur Terre, son monde d'origine, et nous offre une virée dans l'Amérique des 70's, avec ses Hells Angels et son Smog,
Débutant de manière un peu plus posée que les romans précédents, Les Murs de la Terre plongera ses personnage au sein d'une monde qu'ils ne connaissent pas, ou plus, avant de se terminer en gros bazar gros billesque à travers les mondes, dans la droite lignée des volets précédents.

Vivement la suite :).




La Saga des Hommes Dieux, Tome 2 (Philip José Farmer)
725 pages (Grand Format)
avec:
  • Le Monde Lavalite (1977)
  • Plus fort que le feu (1993)
  • La Rage d'Orc le Rouge (1993)


Suite et fin de la Saga des Hommes Dieux (ou des Faiseurs d'Univers, au choix), saga en sept tomes rédigée par Philip José Farmer entre 1966 et 1993.

Le Monde Lavalite
On démarre avec Le Monde Lavalite, écrit sept ans après le précédent tome, Les Murs de la Terre, dont il est la suite directe.
On retrouve Kickaha et Anania coincés sur un monde primitif en constance mutation : les montagnes poussent et s'effondrent sans cesse, le lit des fleuves change constamment de place et, régulièrement, un satellite naturel se détache de la planète ou, au contraire, vient s'écraser dans un grand cataclysme.
Bref, c'est le méga gros boxon et, pour ne rien arranger, la faune et la flore sont plutôt du genre coriace.
En résulte, une fois de plus, une aventure fun et franchement gros billesque, quasiment psychédélique par moments, bourrée de personnages hauts en couleurs et de rebondissements.
Bref, un très bon divertissement !


Plus Fort que le Feu
Une quinzaine d'années séparent ce tome du précédent. Ça tombe bien puisque Kickaha et Anania sont piégés sur la planète des tripodes depuis tout autant de temps, à la recherche de l'unique porte leur permettant de regagner leur monde.
Plus Fort que le Feu, bien que sorti après une longue pause, reste dans la continuité directe de la saga et nous propose encore une fois un gros bazar bourrin et fun, avec tout un tas de mondes explorés.
Philip José Farmer y clarifie également les liens de sa saga avec les textes du poète anglais William Blake.


La Rage d'Orc le Rouge
Ce dernier roman est en marge de la série puisqu'il s'inspire des travaux du psychiatre américain A. James Giannini, qui a utilisé La Saga des Hommes Dieux dans ce qu'il appelait des « projective psychotherapy ». La saga servait de base à un jeu de rôle au cours duquel les malades devaient s'identifier à un personnage et, ainsi, reconstruire petit à petit leur personnalité à l'aide du psychiatre.

Le personnage principal de ce septième et dernier roman est un adolescent, Jim Grimson, toxicomane et ayant de graves problèmes avec son père. Afin de soigner ses problèmes de délinquance, il se voit obligé de suivre un traitement psychiatrique basé sur ceux d'A. James Giannini et s'identifie au personnage d'Orc le Rouge, l'occasion pour Philip José Farmer d'apporter un nouveau regard sur ce personnage, habituellement présenté comme un monstre, en revenant sur son enfance difficile.
Changement total de registre donc, avec un roman original et surprenant, suivi d'une postface d'A. James Giannini dans laquelle il revient rapidement sur ses travaux.
A noter que l'univers de la saga sera ensuite décliné sous forme de jeux de rôle avec Thoan, édité en 1995 par Jeux Descartes.

_________________
:mighty:
Revenir en haut Aller en bas
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 31
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: Philip José Farmer (1918 - 2009)   Ven 13 Sep - 9:09


Des Rapports Étranges (Philip José Farmer – 1960)
250 pages

Philip José Farmer est souvent considéré comme l'auteur ayant amené la sexualité dans la SF.
Dans Des Rapports Étranges, ce sont plutôt des organismes exotiques, aux fonctions vitales et à la culture différentes des notre, qui sont mis en avant au travers de cinq nouvelles.

La Mère
L'astronef d'Eddie s'écrase sur la planète Baudelaire et, alors qu'il explore les environs, il se fait capturer par une « Mère », une énorme créature immobile semblable à un rocher et abritant une matrice dans laquelle elle élève sa progéniture...
Une nouvelle absolument fascinante nous décrivant en détail une créature fantastique ainsi que les rapports étranges se tissant entre Eddie et elle.

La Fille
C'est cette fois-ci une jeune Mère en devenir qui est au centre du récit, livrée au monde et cherchant un endroit où s'installer définitivement.
Dans une amusante relecture organique des trois petits cochons, on verra la jeune mère et ses sœurs se défendre contre le levoupem, un prédateur féroce.

Le Père
Une navette se pose en urgence sur Abatos, une planète sur laquelle semble régner un étrange géant, semblable à Dieu...
Abordant surtout des thématiques religieuses, Le Père est à mon sens la partie la moins intéressante du roman, d'autant plus qu'elle tire plutôt en longueur, s’étalant sur près de 100 pages.

Le Fils
La nouvelle la plus courte, et également la plus classique.
On y découvre les rapports entre un soldat et l'I.A. Le retenant prisonnier dans un sous-marin, dans un décor semblant être une guerre entre les USA et une Union Soviétique ayant fait un gros bond technologique.

Le frère de ma sœur
Une quasi-histoire d'amour platonique entre un homme et Martia, une habitante de la planète Mars.
Outre les nombreuses descriptions exotiques, Philip José farmer nous offre avant tout un message de tolérance et anti-millitariste

_________________
:mighty:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philip José Farmer (1918 - 2009)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philip José Farmer (1918 - 2009)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philip José Farmer : Opar
» Farmer Philip José - L'odyssée verte
» Stargate Convention (Paris - 2009)
» Japan Expo 10 (2009)
» [Offre Carrefour Noël 2009] Passeport annuel Fantasy à 99€

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mordus de Ciné :: Topics principaux :: Romans, BD, essais, etc.-
Sauter vers: