Actualités cinéma, DVD, séries TV à partager entre Mordus...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Stefan Wul (1922 - 2003)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 30
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Stefan Wul (1922 - 2003)   Lun 25 Fév - 0:56


Stefan WUL

De son vrai nom Pierre Pairault, Stefan Wul est né en 1922 et est de nos jours principalement connu pour son roman Niourk, ainsi que pour Oms en Série, adapté à l'écran par René Laloux sous le titre La Planète Sauvage.
Stefan Wul commence à écrire en 1956 en parallèle de son métier de chirurgien-dentiste et, après quelques essais infructueux dans le domaine du roman policier, se lance dans la Science-Fiction.
En 3 ans, il publiera 11 romans dans la célèbre collection "Anticipation" éditée par Fleuve Noir, désormais devenus des classiques, ainsi qu'un dernier roman en 1977, Noô, après 18 années de silence.
Son roman L'Orphelin de Perdide fut également adapté en 1981, toujours par René Laloux, sous le titre Les Maîtres du temps, avec des dessins de Mœbius.

Citation :
Du point de vue de la méthode, Stefan Wul a toujours déclaré travailler sans plan ni ligne directrice, partant d'une simple idée de départ développée peu à peu au fil de l'écriture. Nombre de ses chutes surprenantes ne lui sont venues qu'en cours de rédaction, sans préméditation. Parlant de science-fiction, Stefan Wul avait une approche artistique proche de la peinture, affirmant ne s'intéresser qu'aux univers sensibles, faits d'odeurs, de couleurs, de formes, de paysages et d'animaux merveilleux :
« La magie des décors et de l'ambiance évoquée par la musique, voilà ce qui m'inspire, je crois. Et tout le reste est accessoire. Le livret d'opéra, je m'en fiche éperdument ; ce qui m'intéresse, ce sont les cymbales, une ambiance, voilà, un climat. »



Liste des romans:
Retour à « 0 » (1956)
Niourk (1957)
Rayons pour Sidar (1957)
La Peur géante (1957)
Oms en série (1957)
Le Temple du passé (1957)
L'Orphelin de Perdide (1958)
La Mort vivante (1958)
Piège sur Zarkass (1958)
Terminus 1 (1959)
Odyssée sous contrôle (1959)
Noô (1977)




_________________
:mighty:


Dernière édition par Mighty-Forest le Lun 25 Fév - 1:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 30
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: Stefan Wul (1922 - 2003)   Lun 25 Fév - 1:04

Mighty-Forest a écrit:

Niourk (Stefan Wul - 1957)

Ecrit par le français Stefan Wul en 1957, Niourk nous plonge en plein monde Post-Apocalyptique dans lequel évoluent des hommes retournés à l'état primitif.
Vivant de la chasse et de la pèche au sein de petits villages, les membres de ces tribus sont superstitieux et croient voir dans les ruines d'anciennes cités les demeures des Dieux.
L'Enfant Noir vit dans l'une de ces tribus, mais il est laissé de côté et souvent blâmé par les autres -qui disent ça parc'qu'il est noir-. Du coup, un beau jour, il décide d'aller explorer le monde par lui même...

Avant tout destiné à la jeunesse et très rapide à lire (le bouquin s'étale sur 220 pages, comprenant une bonne cinquantaine de chapitres (!!) répartis en cinq parties), le roman de Stefan Wul nous propose une véritable balade au sein d'un univers tout en ruines et bestioles mutantes.
Même si, au final, il ne se passe pas grand chose, le tout reste très agréable à lire grâce à ses personnages attachants et à un rythme assez soutenu. La fin est d'ailleurs assez surprenante et apporte un gros côté SF à Niourk.



Mighty-Forest a écrit:

La Mort Vivante (Stefan Wul – 1958)

Après la troisième guerre mondiale, ayant laissée la Terre dévastée et inhabitable, les hommes sont allés vivre sur Vénus au sein d'une société religieuse.
Jugée responsable des grands maux passés, la science est méprisée par les autorités limitant considérablement les travaux des chercheurs. Désireux d'aller plus loin dans ses expérimentations biologiques, Joachim fuira sa planète d'exil afin de poursuivre librement ses travaux, là où il ne sera plus surveillé et contrôlé par les Inspecteurs-Prêtres...

Assez curieux dans la forme, le roman de Stefan Wul propose une SF au charme désuet virant progressivement vers le fantastique à l'ancienne, avec un manoir en ruine, un serviteur bossu, des bestioles géantes et un troupeau de petites filles quasi-fantomatiques. S’étalant sur à peine 150 pages, assez rythmé et à l'intrigue rondement menée, le roman parvient à tenir le lecteur en haleine et nous propose de vivre une apocalypse biologique au sein d'un monde en ruine. Tout un programme.

Au niveau du fond, on a par contre du mal à saisir où Stefan Wul veut véritablement en venir. Le début du roman est très critique envers la hiérarchie religieuse, empêchant la science de progresser, tandis que, par la suite, les expériences de Joachim déclencheront une menace incontrôlable, celui-ci finissant même par se tourner vers la Bible afin de trouver quelque courage. Entre psychose biologique et défense de la science, l'auteur semble vouloir nous démontrer une fois de plus que « science sans conscience n'est que ruine de l'âme », mais il faut bien avouer que l'ensemble est assez maladroit.

La Mort Vivante reste toutefois très agréable à lire et devrait sans doute plaire aux amateurs de SF à l'ancienne.





Oms en Série (Stefan Wul – 1957)
190 pages

Dans un futur indéterminé, les hommes (désormais appelés les oms) sont retournés à un état plus ou moins sauvage et sont devenus les nouveaux animaux de compagnie favoris des Draags, des créatures géantes qui les exportent sur leur planète et les placent en animalerie. Un de ces Draag parvient à s'échapper et entame une grande aventure au sein des cités souterraines des oms sauvages, situées en plein coeur des parcs Draags, de plus en plus inquiets face à la prolifération inquiétante de ces animaux nuisibles...

Oms en Série est un classique du français Stefan Wul, à l'origine écrit pour la collection Fleuve Noir Anticipation, à qui ont doit également Niouk ou Noô. Le roman est particulièrement connu pour avoir été adapté en film d'animation par René Lalou sous le nom La Planète Sauvage.
Comme d'habitude avec Wul, Oms en Série est très léger voire naïf, très distrayant, agréable et rapide à lire. On le conseillerait toutefois de nos jours plus pour la jeunesse ou pour des lecteurs désirant s'initier à la Science-Fiction.

_________________
:mighty:
Revenir en haut Aller en bas
 
Stefan Wul (1922 - 2003)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Grattan et Stefan Michalski - Directives en matière d’environnement pour les musées — ICC
» [Zweig, Stefan] Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
» [ VENDS ] Pièces YAMAHA 250 WRF 2003
» Marie-Antoinette par Stefan Zweig
» [Zweig, Stefan] Virata

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mordus de Ciné :: Topics principaux :: Romans, BD, essais, etc.-
Sauter vers: