Actualités cinéma, DVD, séries TV à partager entre Mordus...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cyberpunk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 31
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Cyberpunk   Dim 30 Déc - 13:45


Dans ce topic, on regroupera tout ce qui à trait, de près ou de loin, au Cyberpunk, mouvement SF typique des années 80.

« Le courant cyberpunk provient d'un univers où le dingue d'informatique et le rocker se rejoignent, d'un bouillon de culture où les tortillements des chaînes génétiques s'imbriquent. »
Bruce Sterling


Plus d'informations sur le mouvement sur Wikipédia et sur PocheSF.

_________________
:mighty:
Revenir en haut Aller en bas
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 31
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: Cyberpunk   Dim 30 Déc - 13:46


Neuromancien (William Gibson – 1984)
320 pages
(mention spéciale « couverture hideuse et sans rapport aucun avec le bouquin » pour cette édition J'ai Lu de 1996)

« Dans une société hyper-technologique où l'ordinateur règne en maître, Case est un pirate de génie au cerveau directement branché sur la « matrice », le monde des données et programmes où il évolue comme dans un univers réel.
Mais Case commet un jour l'erreur de doubler son puissant employeur, qui par mesure de représailles lui démolit le système nerveux.
Aussi, lorsque Armitage, l'homme au passé trouble, et et Molly, la femme-piège, lui redonnent accès au cyberspace, l'enjeu est devenu pour Case une question de vie ou de mort. Cet enjeu est de taille : sur les instructions du mystérieux Muetdhiver, il s'agit de pénétrer à ses risques et périls le programme top-secret d'une gigantesque multinationale.
A qui Case a-t-il réellement affaire ? A qui... ou à quoi ?”



Gros classique et même texte fondateur du mouvement Cyberpunk, Neuromancien est paradoxalement souvent considéré comme étant quasiment illisible, voire incompréhensible.
Pour ma part, il m'aura fallu quatre essais, étalés sur 2 ou 3 ans, avant d'enfin en voir le bout... Et le voyage en valait franchement le coup !
Gibson nous transporte dans un univers sombre et étrange sentant bon la SF des 80's, avec ses hackers, ses villes sinistres, ses personnages atypiques, ses drogues et ses références à la culture underground, ses multinationales surpuissantes et ses réseaux informatiques...
Si l'intrigue peut parfois paraître confuse voire décousue, l'univers dépeint par Gibson n'en reste pas moins totalement fascinant.

"Le ciel au dessus du port était couleur télé calée sur un émetteur hors-service".

_________________
:mighty:


Dernière édition par Mighty-Forest le Dim 30 Déc - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mighty-Forest
Niveau OT III
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14752
Age : 31
Localisation : R'lyeh
Emploi : Worshippeur de Grands Anciens
Loisirs : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Connarditude : -37
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: Cyberpunk   Dim 30 Déc - 13:47

Mighty-Forest a écrit:


Mozart en verres miroirs

Mozart en verres miroirs est une anthologie composée de douze nouvelles recueillies par Bruce Sterling et constituant un quasi-manifeste du mouvement Cyberpunk.
En guise de préface, Bruce Sterling nous propose sa définition du mouvement qui, au-delà des clichés habituels et réducteurs, se veut avant tout être une Science-Fiction ancrée dans son époque, définissant une nouvelle esthétique du genre tout en ouvrant et explorant de nouveaux horizons.

1 – Le Continuum Gernsback (William Gibson – 1981)
On débute avec l'un des premiers textes de l'auteur du Neuromancien, le titre de la nouvelle faisant ouvertement référence à Hugo Gersback, célèbre éditorialiste ayant beaucoup contribué à l'essor de la Science Fiction durant l'Âge d'Or.
William Gibson lance ici un appel à une nouvelle esthétique de la Science-Fiction, propre aux années 80, et, à l'instar de Norman Spinrad avec son Rêve de Fer, démoli la « SF à papy » à grands renforts de points godwin.

2 – Des Yeux de Serpent (Tom Maddox – 1986)
Un personnage manipulé mentalement à coup d'implants neurologiques lutte pour conserver sa personnalité... ou trouver un point d'équilibre.

3 – Rock Toujours (Pat Cadigan – 1984)
Un récit complètement barré mettant en scène une boite à rythme humaine (!?) dans le milieu du rock underground.
Par contre, pour le coup je pense que le récit doit être bien plus savoureux en VO :idea:.

4 – Les Mésaventures de Houdini (Rudy Rucker – 1983)
Encore un récit complètement barré, très court et très drôle, mettant en scène un Houdini fauché se retrouvant obligé de participer au tournage d'un film au cours duquel sa vie et ses talents d'évasion sont mis à rude épreuve...

5 – Les 400 (Marc Laidlaw – 1983)
Funcity est une ville post-apocalyptique que se partagent plusieurs bandes de jeunes délinquants tous plus atypiques les uns que les autres. L'arrivée d'un envahisseur faisant trembler les quartiers oblige les gangs à coopérer pour reprendre le contrôle de la ville.
C'est fun et ça fait très penser aux Warriors de Walter Hill

6 – Solstice (James Patrick Kelly – 1985)
Un texte étrange se déroulant dans un futur proche, mêlant drogues de synthèse et mysticisme avec les pierres de Stonehenge.

7 – Petra (Greg Bear - 1982)
Changement radical d'ambiance avec ce récit de Greg Bear nous plongeant au sein d'une cathédrale en plein univers Post-Apocalyptique. Fruits de l'union de statues animées et de nonnes, des êtres de chaire et de pierre arpentent les coins et recoins de la nef à la recherche du Christ de Pierre...
Lorgnant plus vers le fantastique que vers la SF, Petra nous propose un récit blasphématoire, très original et incroyablement immersif.
Gros chef d'œuvre et clairement l'un des meilleurs textes du recueil !

8 – Les Jours où des voix humaines nous éveillerons (Lewis Shiner – 1984)
Un récit plus faiblard - en même temps, pas évident de succéder à Petra ! - mêlant images mythiques (des sirènes) et visions socio-politico-technologiques.
Au final, ça tient plus du récit horrifique de seconde zone qu'autre chose.
Bof, donc.

9 – Freezone (John Shirley – 1985)
Années 80 et 90: les USA sont en pleine crise économique et ne peuvent lutter contre le boom manufacturier de l'Asie et de l'Amérique du Sud. Une attaque revendiquée par un groupuscule terroriste islamique laisse le pays en ruines.
Tous les nantis se tirent alors pour Freezone, un ancien ensemble de plates-formes de forage, désormais au main d'une multinationale, et situé en plein milieu de l'océan atlantique.
C'est dans ce contexte qu'évolue Rickenharp, un rockeur ex-junkie et quasiment has-been, cherchant à continuer à vivre de sa musique...

Freezone est une véritable plongée au cœur d'un monde typiquement cyberpunk, mêlant culture underground, villes tentaculaires à la Blade Runner et multinationales surpuissantes.
Excellent !

10 – Pierre Vit (Paul Di Filippo - 1985)
Le monde est partagé entre les Zones de Libre Entreprise -régions urbaines autonomes de hautes technologies où les seules lois sont celles imposées par les sociétés, et l'objectif unique le profit et la suprématie – et les Zones de Contrôle Restrictif – enclaves rurales à dominance agricole où les valeurs traditionnelles se trouvent strictement respectées -.
Pierre, un aveugle analphabète survivant tant bien que mal dans un bidonville se voit mystérieusement proposer un boulot en or: rédiger un rapport sur le monde actuel pour le compte d'Alice Citrine, fondatrice d'une des entreprises les plus importantes du pays: Citrine Technologies.

Via son personnage de Candide, Paul Di Filippo nous offre une véritable plongée au sein des thématiques cyberpunk en abordant les modifications corporelles, les bouleversements sociaux et l'impact des nouvelles technologies.

11 – Étoile rouge, orbite gelée (Bruce Sterling & William Gibson – 1983)
Une histoire à quatre mains située dans un futur alternatif voyant l'Union Soviétique contrôler la grande majorité des ressources mondiales et ayant fini par remporter la course à l'espace face aux USA.
Leur principal adversaire ayant déclaré forfait, le gouvernement soviétique cherche à abandonner sa station spatiale, qu'il juge désormais inutile, mais se heurte à la révolte d'une partie de ses occupants...

12 – Mozart en Verres Miroirs (Bruce Sterling & Lewis Shiner - 1983)
Un récit de voyage dans le temps allant complètement à l'encontre des clichés habituels du genre, Bruce Sterling et Lewis Shiner balayant totalement toute trace de paradoxe temporel en utilisant les univers parallèles.
En résulte un gros délire dans lequel le XXe siècle parasite complètement une cité du XVIIIe à grands coups de rock 'n roll, de harley davidson et de culture pop !

_________________
:mighty:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cyberpunk   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cyberpunk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mordus de Ciné :: Topics principaux :: Romans, BD, essais, etc.-
Sauter vers: